Honda Gold Wing : La reine de la route fait peau neuve

    0
    653

    Nombreuses sont les marques qui, depuis le lancement de la Honda Gold Wing en 1975, ont essayé d’imiter son concept de confort sur deux roues. Mais aucune n’y est arrivée. Pour 2018, Honda réinvente sa mythique chasseuse d’horizon et repousse encore plus loin l’intouchable cible qu’elle représente.

    LA REINE

    Très peu de motos arrivent à s’imposer si fortement dans leur classe qu’elles finissent par la définir.  La Gold Wing est l’une des rares qui y sont parvenues, puisqu’elle incarne depuis des décennies le tourisme sur deux roues.
    Malgré cette solide réputation, la reine du voyage de Honda vieillissait. Repensée pour la dernière fois en 2001, elle restait compétente, mais avait clairement besoin d’une refonte. Pour 2018, celle-ci se matérialise enfin.

    Les traits tirés, plus svelte, plus musclée, plus intelligente, plus raffinée, plus avancée et encore plus équipée, la nouvelle Gold Wing a tout pour assurer la prolongation de son règne.

    DEUX VERSIONS, UNE PRÉCISION ET UN IMPAIR

    Depuis quelques années, Honda proposait une autre version de la Gold Wing appelée F6B.
    Sans rangement central, dotée d’une partie arrière plus sportive et offrant une liste d’équipements raccourcie, elle coûtait environ un tiers de moins. Pour 2018, la F6B devient la Gold Wing et la Gold Wing devient la Gold Wing Tour.

    Le changement d’appellation est évidemment un impair, puisque jamais le monde de la moto ne l’appellera  » Tour « . Elle demeurera simplement la Gold Wing dans les discussions, ce qu’elle est d’ailleurs. Des sources discrètes mais sûres indiquent que les Américains ont insisté pour faire accepter ce changement aux Japonais qui ont résisté, puis finalement acquiescé. Ainsi soit-il.

    UNE NOUVELLE VISION DU TOURISME

    La nouvelle Gold Wing a beaucoup changé par rapport à l’ancienne. Plus étroite, affichant une ligne sérieusement épurée et allégée de près d’une quarantaine de kilos, elle paraît instantanément différente. La génération précédente donnait la priorité au confort de façon absolue, ce qui lui a souvent valu d’être comparé à un fauteuil roulant.

    Le confort conserve une très grande importance sur la Gold Wing 2018, mais pas au point d’en faire une caricature. En s’installant à ses commandes, on se sent désormais assis sur une moto plutôt que, justement, dans un fauteuil. Il sera d’ailleurs intéressant de suivre les réactions des amateurs de longue date du modèle à propos de ce changement.

    DE L’ÉQUIPEMENT À PROFUSION

    Qui dit Gold Wing dit évidemment liste interminable d’équipements et la nouvelle version du modèle ne déçoit pas à ce chapitre. Écran couleur tactile de 7 po, navigation, connectivité Bluetooth, Apple CarPlay, suspensions gérées électroniquement (dont une fourche au design unique) et finalement un pare-brise à réglage électrique ne représentent qu’une courte partie de cette liste. Un lien avec le monde automobile est souvent perceptible en ce qui concerne les commandes et la facilité d’opération des diverses fonctions, ce qui n’est pas du tout une mauvaise chose. Une courbe d’apprentissage attend les nouveaux propriétaires, mais on ne note pas de faute majeure, ce qui est rare sur les motos très équipées.

    UNE TRANSMISSION DCT GÉNIALE

    Honda demeure seul à offrir l’option d’une transmission automatique à double embrayage sur certains modèles. Bien qu’efficace, la technologie attire régulièrement des critiques parce qu’elle ne change pas les rapports de façon naturelle. La transmission DCT à 7 rapports de la Gold Wing Tour est une exception. Non seulement ses «  décisions de passages  » se rapprochent beaucoup de celles qu’aurait instinctivement effectuées un motard, elle a aussi l’avantage de soulager le pilote d’une importante tâche et, donc, de faciliter l’opération de cette lourde et complexe moto.

    PREMIÈRE CLASSE

    Sur la route, la nouveauté est une joie. Elle est extrêmement confortable, et ce, autant pour le pilote que pour son passager. Son comportement s’avère considérablement plus solide, léger et précis que celui de l’ancienne version qui montre décidément son âge lorsque les deux sont directement comparées. Aussi puissante que douce grâce à un moteur entièrement neuf, elle est aussi munie d’une suite complète d’assistances au pilotage qui augmente le niveau de sécurité. Une version avec ballon gonflable est même offerte par Honda, un cas unique dans le monde de la moto. L’une des rares critiques à son égard est un volume de rangement un peu plus faible que dans le passé.

    CONCLUSION

    Une moto comme la nouvelle Gold Wing ne peut être jugée seulement par la longueur de sa liste d’équipements ou par les prouesses techniques réalisées par Honda pour la créer.
    La conclusion finale à son sujet doit plutôt être liée à l’ensemble que forment toutes ces caractéristiques dans l’environnement du voyage, celui où on accumule les centaines de kilomètres par jour avec un passager à bord et où les conditions climatiques changent constamment.
    En la voyant de cette façon, on ne peut qu’être extrêmement impressionné par la machine à voyager de Honda. Il était grand temps qu’arrive cette génération.

    L’attente a sans conteste valu le coup.

    FICHE TECHNIQUE
    Honda Gold Wing Tour / Gold Wing
    Prix USA à titre indicatif : 30 799 $ / 26 999 $
    Garantie : 3 ans/kilométrage illimité
    Moteur : six-cylindres boxer de 1833 cc refroidi par liquide
    Transmission : six rapports manuelle ou sept rapports automatique (DCT), entraînement final par arbre
    Poids : 380/365 kg
    Frein avant : 2 disques avec étriers à 6 pistons et ABS
    Frein arrière : 1 disque avec étrier à 3 pistons et ABS
    Pneus avant : 130/70-18
    Pneu arrière : 200/55-16

    Collaboration La Presse

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Veuillez saisir votre commentaire
    Veuillez saisir votre Nom